AccueilGuides et conseils › Comment choisir un harnais de sécurité ?

Comment choisir un harnais de sécurité ?

Publié le 25/11/2020  •  Nicolas Alonso
Commentaires du postPosez votre question

Harnais sécurité chantier

Le harnais antichute est un EPI, équipement de protection individuel. C'est aussi un équipement de préhension du corps destiné à stopper les chutes et à préserver la sécurité des travailleurs. Il peut être compliqué de choisir un harnais antichute. Quelles sont les règles d’utilisation ? Quelles sont les caractéristiques techniques à prendre en compte lors de l'achat d'un harnais ? Quel harnais choisir pour quel type d'activité ? Que dit la loi pour les salariés et les entreprises ?

COMMANDEZ VOTRE HARNAIS DE SÉCURITÉ

Si le travail en hauteur est la plus grande cause de mortalité sur les chantiers avec 40% d’accidents du bâtiment, il est aussi la plus grande cause d'accidents dans les travaux public avec 17% (source INRS). Le travail en hauteur comporte des risques non-négligeables que l’entreprise doit prendre en compte. Un opérateur ne doit pas être seul lorsqu'il est équipé d'un harnais de sécurité. En cas de chute, le corps inerte suspendu peut aboutir à une perte de connaissance de l’opérateur. Il est donc préférable d'être accompagné de façon à ce qu'une autre personne puisse intervenir en cas d’accident.

Pour information :

L’entreprise se doit :
  • De mettre en place les ressources nécessaires à la réalisation des tâches.
  • De donner les EPI nécessaires gratuitement aux opérateurs.
  • D'informer et d'entrainer les utilisateurs à l’utilisation des EPI.
  • De prendre en compte la santé, les risques, et l’ergonomie de travail de ses salariés afin que le matériel convienne au porteur.
    (Plus d’info : article R233 du Code du Travail français et de la directive européenne 89/656).

Le salarié se doit :

  • De respecter son équipement et de le porter lorsqu'il est nécessaire.
  • De ne pas prendre de risque concernant sa santé.
  • De vérifier son matériel avant chaque usage.
  • D'informer son employeur des anomalies de l’équipement et des situations pouvant représenter un risque grave.
    (Plus d’info : article L4122-1 du Code du Travail).

Le harnais antichute ou baudrier de sécurité

Il existe plusieurs types de harnais de sécurité pour différentes utilisations :

Le harnais antichute

Harnais avec deux points d'ancrage en position sternale et ventrale. Il a pour but de retenir l’utilisateur en cas de chute et de le maintenir en position verticale. Il n'est pas adapté au maintien du travail, ni au travail en suspension.
Il doit répondre à la norme EN 361.

Le harnais antichute et de maintien au travail

Harnais avec quatre points d'ancrage. Deux points en position sternale et ventrale pour stopper la chute et deux autres points en position latérale pour connecter une longe afin de maintenir l'utilisateur et préserver son équilibre.
Il doit répondre aux normes EN 361 et EN 358.

Le harnais antichute, de maintien au travail et de suspension

Harnais avec cinq points d'ancrage. Il possède les mêmes ancrages que les harnais antichute précédents mais avec un point d'ancrage ventral supplémentaire pour la suspension.
L'utilisateur peut ainsi travailler les deux pieds dans le vide avec les mains libres.
Il doit répondre aux normes EN 361, EN 358 et EN 813.

Les composants d'un système antichute pour le travail en hauteur ou en espace confiné (toiture, égout, élagage) :

Composition harnais

  • A. L’ancrage correspond à un point fixe fiable. Il a pour but de maintenir l’opérateur en cas de chute. L’ancrage doit être situé de préférence au-dessus de la tête afin de réduire la chute et l’effet pendulaire (le mouvement de balancier ainsi créé représente un risque sérieux de heurter un obstacle ou une structure adjacente).

  • B. Le harnais est un dispositif de préhension du corps constitué de sangles ajustables et de boucles. Il a pour but de maintenir l’opérateur durant la chute et de répartir au mieux les efforts.

  • C. L’élément de liaison est composé d'une longe de 2 mètres de longueur maximale, d'un absorbeur d'énergie et d'un connecteur de harnais. Il existe aussi des enrouleurs automatiques avec des longes rétractables enroulées sur un tambour équipé d'un système de tension et de rappel.

Quel harnais de protection choisir ? Pour quel type d'utilisation ?

Utilisations Harnais

  1. Le système de retenue
  2. On l'utilise dans le cadre d’une opération ponctuelle, sans réel danger, qui nécessite un équipement de sécurité afin de protéger l’opérateur. Le harnais va permettre à l’utilisateur de pouvoir pratiquer en évitant les zones éventuelles de chute. Attention, un harnais de retenue n'est pas conçu pour arrêter une chute. Il va plutôt permettre à son utilisateur d’éviter d'accéder à une zone de danger présentant un risque de chute. La longueur de la longe et l’emplacement du point d’ancrage doivent être déterminés de telle sorte que l’utilisateur ne puisse pas accéder à la zone à risque.

  3. Le système de maintien au poste de travail
  4. Le système de maintien permet à l'opérateur de travailler en suspension ou en appui, dans le but de réaliser des tâches à l'aide de ses mains. L'individu ne peut pas glisser ou tomber de sa zone de travail. L'utilisation d'un système de maintien est pratique lors de travaux ou de manipulations verticales pour avoir les mains libres. Il est nécessaire d'utiliser ce système conjointement à un système d'arrêt de chute.

  5. Le système d'arrêt de chute
  6. Ces systèmes vont permettre d'arrêter une chute, et assurent la suspension de l'utilisateur après la chute. Les systèmes d'arrêt de chute sont composés d'un dispositif de préhension comme un harnais antichute, un point d'ancrage, et d'un élément de liaison.
    Il est recommandé d'utiliser un système d'arrêt de chute sous surveillance d'un autre opérateur afin d'anticiper un plan de sauvetage en cas de chute de l'individu.

  7. Le travail en suspension
  8. Souvent utilisé dans des situations difficiles d’accès comme les falaises ou les antennes. Il s’agit d’une technique d’accès avec des cordes pour que l’utilisateur reste suspendu. Une vérification régulière du matériel est recommandée dans ce type de pratique. De plus l’installation et la préparation en amont sont très importantes, car un harnais mal serré, une sangle ouverte, un mousqueton défectueux, constituent un gros risque pour l’utilisateur.

  9. Le travail en espace confiné
  10. Un espace confiné est défini par l’INRS comme un espace totalement ou partiellement fermé. Il n’est pas destiné à être un lieu d’habitation, cependant il est possible de l’exploiter ponctuellement pour effectuer un entretien ou une vérification. Le travail en espace confiné consiste à progresser avec très peu d’espace comme par exemple : les égouts, les trous d’homme, les fosses. Dans la plupart de ces cas, l’opération se fera à l’aide d’un trépied antichute et d’un treuil de sauvetage. Pour un sauvetage dans un espace confiné, on utilise des harnais antichute avec 5 points et 2 boucles sur les épaules pour faciliter l’extraction d’une personne suite à un malaise ou une noyade.

Le facteur de chute

Le facteur de chute correspond au rapport entre la chute libre et la longueur de la longe.

Facteur de chute

  • F0 : le facteur zéro ou nul
  • La longe est tendue au-dessus de la tête, la chute libre sera quasi nulle car la longe tendue maintien le corps de l'opérateur dans le vide.

  • F1 : le facteur de chute 1
  • L’ancrage est au niveau du point d’accrochage du harnais de l’utilisateur, la chute libre sera équivalente à la longueur de la longe.

  • F2 : le facteur de chute 2
  • Le point d’ancrage est au niveau des pieds relié au point d’accroche dorsal. Cette fois-ci en cas d’accident la chute sera deux fois plus importante, car la longe n’étant pas tendu elle n’assure pas un bon maintien de son utilisateur.

Le contrôle des harnais et longes de sécurité

  • Le contrôle avant utilisation
  • Un contrôle visuel doit être fait par l'utilisateur avant chaque utilisation.
    Il est nécessaire d'analyser l'état d'usure général.
    Au moindre doute sur l'état du harnais, le faire vérifier par une personne compétente et le cas échéant le mettre au rebut si le doute persiste.

  • La vérification générale périodique
  • Une vérification générale périodique est obligatoire et doit être effectuée au moins une fois par an par une personne qualifiée désignée par l'entreprise. Le résultat de cette vérification doit être consigné sur un registre de sécurité.
    Si le matériel n'est plus conforme ou endommagé, il devra être détruit.

Les principes généraux du travail en hauteur :
  • Éviter le travail en hauteur autant que possible en utilisant des outils téléportés.
  • Empêcher la chute en utilisant des équipements de protection collective (EPC) comme des plateformes, passerelles...
  • Empêcher la chute en utilisant des équipements de protection individuelle (EPI) comme des systèmes de retenue pour empêcher la personne d'accèder à une zone à risque.
  • Limiter la distance et les conséquences de la chute en utilisant des EPI comme un système de protection antichute
Ces produits peuvent vous intéresser
Ces articles peuvent vous intéresser
Posez votre question

Vous n'avez pas trouvé de réponse à votre recherche ? Vous souhaitez plus d'informations ou faire un commentaire sur cet article ? N'hésitez-pas, notre équipe est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Nom *
Prénom *
E-mail *
Votre question *
   * Information obligatoire
Vos données personnelles sont destinées uniquement à la société Virages pour la prise en compte de votre demande. Selon la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression de vos données en nous écrivant à info@virages.com.